Une histoire millenaire

De loin on apercoit le curieux village de Cantobre, perche sur un cap du Causse Begon, a 558 metres d’altitude, a l’ombre des gigantesques rochers et dominant de plus de 100metres le confluent de la Dourbie er du Trevezel.
Cantobre est choisi dès l’origine comme poste de guet par les gaulois, puis par les romains. Vers 424, Ferreol, prefet du pretoire, y fit batir le manoir de Trevidon. Serenus, gouverneur d’Aquitaine au debut du 7ème siècle, demeura à Cantobre, succedant à la famille Ferreol. Son fils Alban, eveque, se vit assigner par Childeric II, le territoire de Nant, où il construisit une chapelle à trianciavicum en 660. L’invasion sarrazine emporta le manoir de Cantobre et le monastère de Nant, et Guillaume de Gellone, comte de Toulouse les chassa en 797. Le premier chateau fort fut construit des 1050. Les maisons du village actuel de Cantobre sont presque toutes comprises dans l’enceinte de l’ancien chateau du 12eme siecle, decrit sur le compois de 1665. Ce chateau s’elevait sur le gros rocher qui domine la Dourbie et le Trevezel. Son enceinte couvrait le rocher principal et d’autres tours etaient construites sur les autres rochers. Tout le village etait donc dans l’enceinte interieur du village. Les frères Galtier prirent le nom de seigneurs de Cantobre. Nant fut releve de ses ruines par les moines benedictins après la première croisade. La famille de Roquefeuil devint la plus puissante du pays. Les Templiers qui colonisaient le Larzac, fort de leur experience, aidèrent les Roquefeuil à edifier un chateau puissant. L’edifice, perche sur un eperon rocheux, frappait les visiteurs d’une stupeur qui serait à l’origine du nom de Cantobre. Leur exclamation “Quant obra!” (quelle oeuvre!) aurait, ainsi, forge definitivement l’appellation du site. Une autre origine presumee du nom de Cantobre remonte à son histoire celtique: Abrigas evoquant la racine celte briga. Canto-briga, signifie “la Citadelle Brillante” selon Albenque dans son ouvrage sur les Ruthenes, allusion au prestige d’une forteresse jugee imprenable ou plus simplement à l’eclat que prennent les falaises sous le soleil. Le pape Innocent II, en elevant le monastère de Nant au rang d’abbaye en 1135 lui avait confirme l’eglise de St-Etienne de Cantobre.
L’histoire des Templiers se lit dans les pierres des cites des Grands-Causses, comme La Couvertoirade.
Ces derniers occupèrent le Larzac du 12ème au 14ème siècle. Les moines soldats de cet ordre militaire n’etaient pas seulement des combattants. Ils furent aussi des batisseurs, des gestionnaires avises, des rassembleurs de populations  eparses, des producteurs de richesse agricole. Ils firent ainsi fructifier les terres du Larzac, essentiellement pour alimenter l’effort de guerre de leurs frères partis aux croisades. En 1312, Philippe le Bel declara les Templiers heretiques et abolit leur ordre. Sur le Larzac, ils furent remplaces par les Hospitaliers qui perpetuerent leur œuvre jusqu’à la fin du 18ème siècle.
Aux 13eme et 14eme siecles, la seigneurie du village était possedee par la noble famille du nom de Cantobre, a laquelle appartenait Gilbert de Cantobre. Gilbert de Cantobre fut abbe de la grande abbaye de St Victor de Marseille, puis Benoit XII le nomma eveque de Rodez entre 1339 et 1348. Il est figure par un tres beau gisant dans la cathedrale de Rodez.
Un Roquefeuil, chevalier de Cantobre, devint gouverneur de Montpellier en 1258.. Pendant la guerre de cent ans, une entrevue eut lieu au chateau de Cantobre (1370) entre Arnaud de Roquefeuil et les consuls de Millau pour convaincre ces derniers de s’allier au roi de France, Charles V le Sage en guerre contre les anglais. Durant les guerres de religions, qui desolerent le pays, un certain Lespinas, moine defroque de Nant, se maria, devint Le Capitaine Lespinas et parvint à s’emparer du château de Cantobre en 1560. Il dût subir l’assaut des nantais qui furent repousser avec perte en 1569. Nant sera aux mains des protestants 1559 à 1568. En 1569, Cantobre devint une place forte huguenote. En 1605, Louis de Fonbesse acheta le titre de Cantobre. Au cours de la guerre qui opposa le Duc de Rohan à Louis XIII, Richelieu fit demanteler les châteaux forts d’Algues, de Cantobre et de Saint Veran (1629). En 1676, le lieu, qui etait devenu le refuge de faux monnayeurs, fut rase à la suite des meurtres perpetres par son seigneur Jean de Fonbesse. Ce dernier fut arrete et execute à Montauban l’annee suivante. Le reste du château fut rase, et lorsque Monsieur de la Picapère l’acheta en 1702, ce n’etait plus qu’une masure. En 1721, la peste fit des ravages dans la region. Le calvaire du village fut edifie en 1838. En 1880, le premier train arrive à Millau et en 1911, la route de La Roque Saint Marguerite est prolongee jusqu’à Nant. Apres la guerre de 14-18, beaucoup d’habitants abandonnèrent le village.
Des lieux marques par les Temoignage des Templiers et des Hospitaliers…
Les Templiers et les Hospitaliers ont marque leur presence sur le territoire du « Larzac et ses Vallees » d’une forte empreinte. Les villages construits par ces moines en temoignent encore aujourd’hui.
En 1158, le comte de Barcelone et roi d’Aragon legue « la ville de Ste Eulalie de Cernon et la terre dite Larzac » à l’Ordre des Templiers. Armee en campagne dans les Croisades d’Orient, le Temple constituera sur le Larzac un maillon local de toute puissance afin de financer la reconquete du tombeau du Christ en Palestine. Ils edifieront à Ste Eulalie de Cernon leur Commanderie, fortifieront l’eglise avant de construire les places fortes à La Couvertoirade, Le Viala du Pas de Jaux et La Cavalerie. Ils administreront et organiseront ce territoire pour en faire un des plus riches et puissant du midi de la France, jusqu’en 1307, date à laquelle l’Ordre est aneanti par Philippe le Bel.
Situe à cote de l’antique voie de passage unissant l’Orient à l’Occident à partir des ports de la Mediterranee, la Cavalerie s’est developpee grace aux terres cultivables de la « Plaine du Temple » et aux parcours immenses qui l’entourent. A decouvrir: les maisons et hôtels nobles, l’eglise templière, le chemin de ronde restaure…
La Couvertoirade reflète la puissance militaire des Templiers et le quotidien des Hospitaliers par son excellent etat de conservation. Ce village possède tous les elements de l’urbanisme medieval: le chemin de ronde, le chateau templier, l’eglise hospitaliere et son cimetière aux croix discoïdales, la lavogne…
Contrairement à ses dépendances, Ste Eulalie de Cernon est situee dans la vallee du Cernon et non sur le Larzac. Cette commanderie, la mieux preservee de France, fut construite par les Templiers au XIIème siècle. De cette epoque subsiste l’aile nord avec son eglise romane et une tour grenier. Les Hospitaliers, qui leur ont succede, ont poursuivi l’amenagement en edifiant les murailles, les tours d’angles et les portes fortifiees.
Bien d’autres lieux montrent l’importance des templiers dans la region, mais aussi celle des hospitaliers qui leur ont succede et des cisterciens.
Share

Aucun commentaire sur cette page.

One Response

  1. Pingback: test | Ailes de rapaces